Violons amoureux

ARTISTES

DUO VIVO
Roxanne Sicard et Richard Zheng, violons

De la virtuosité au romantisme, faites place à un rare duo de violons qui vous fera découvrir les incontournables du répertoire pour deux violons. Formé de Roxanne Sicard et de Richard Zheng, Duo Vivo vous invite à parcourir avec eux les XVIIIe et XIXe siècles, en passant par Leclair, Kreisler, et Prokofiev. Soyez témoins d’une complicité unique entre deux artistes passionnés qui entrelacent musique et émotions !

CONSULTEZ LE PROGRAMME

 

APERÇU DU RÉPERTOIRE *
S. PROKOFIEV (1891-1953)
Sonate pour 2 violons opus 56
II. Allegro

ÉCOUTEZ

J.-M. LECLAIR (1697-1764)
Sonate pour 2 violons, opus 3, no 2 en la majeur
I. Allegro

ÉCOUTEZ

H. ZHANHAO (né en 1933) et C. GANG (né en 1935)
Concerto pour violon « Les amants papillons » (arr. Duo Vivo)
I. Adagio cantabile

ÉCOUTEZ

 

Violons amoureux

 

BIOGRAPHIE

DUO VIVO
Roxanne Sicard et Richard Zheng, violons
Duo Vivo voit le jour en 2020 alors que Roxanne Sicard et Richard Zheng ont le désir d’explorer des nouvelles idées artistiques. Leur but : partager leur amour de la musique en créant des moments uniques. Tous deux gradués du Conservatoire de Musique de Montréal, où ils ont fait connaissance pour la première fois, les deux violonistes partagent une aussi grande complicité sur scène que dans leur quotidien.
Ils se sont produits en concert pour Orford Musique, la Scena Musicale, Opus 130 et l’Ensemble Vox Luminosa. Engagé auprès des jeunes de la relève, Duo Vivo met sur pied la première édition du Camp de violon à la maison, une semaine de cours et d’ateliers en ligne. L’été suivant, ils sont invités à titre d’artistes en résidence au Olympic Strings Workshops, à Port Angeles. À l’automne 2021, ils présentent leur premier atelier de musique d’ensemble au Musée d’art de Joliette.
Roxanne et Richard jouent sur de magnifiques violons italiens du 18e siècle, un Carlo Antonio Testore 1741 et un Lorenzo Storioni 1780, mis gracieusement à leur disposition par la compagnie Canimex Inc. de Drummondville (Québec, Canada).

Dans la tradition musicale occidentale, les origines du duo remontent au IXe siècle, lorsqu’une deuxième voix s’ajoute aux chants liturgiques pour former la première expression de la polyphonie qui va ensuite évoluer tout au long du moyen âge. Avec le développement de la musique instrumentale pendant la Renaissance, on associe souvent deux instruments sous des noms aussi divers que duos, sonates, suites ou fantaisies; Flûtes, violes et violons sont particulièrement mis à contribution dans ces dialogues musicaux. Au cours de la période baroque (1600-1750), on compte un grand nombre de compositions pour duos, une popularité qui se poursuit aux époques classique et romantique. Ainsi, on note une grande concentration de duos pour violons en France autour de 1800, avec des compositeurs comme Spohr, Kreutzer, Pleyel ou Rode. À partir du XXe siècle, si la forme est moins fréquente dans le grand répertoire, le duo reste une expression très spontanée et instructive. En effet, cette formation a l’avantage d’être facile à mettre en place : deux amis qui se retrouvent ou un professeur qui joue avec son élève, autant d’occasions d’apprendre en développant l’écoute, la complicité et la personnalité musicale qui sont des éléments essentiels du bagage de tout musicien.

Henryk Wienawski (1835-1880), violoniste polonais célèbre en son temps, cumule les prouesses : premier prix de violon du Conservatoire de Paris à seulement 11 ans, il réalise par la suite des tournées internationales, devient violon solo pour le tsar de Russie, enseigne au Conservatoire de Saint-Pétersbourg et a comme partenaire de jeu rien de moins qu’Anton Rubinstein. Ses talents de compositeur et de pédagogue se révèlent dans ses Études-Caprices pour deux violons, op. 18, dont les deux présentées lors de ce concert s’opposent autant dans leur tempo que dans leur énergie.

Jean-Marie Leclair (1697-1764) a su combiner deux arts interreliés à l’époque, la danse et la musique, pour les sublimer et jeter les bases d’une nouvelle technique de jeu du violon. Après un début de carrière comme maître de ballet à Turin, il rentre ensuite à Paris où il intègre la cour de Louis XV comme musicien, tout en composant de nombreuses œuvres, essentiellement des sonates et concertos pour son instrument. La Sonate pour deux violons, op. 3, combine pureté sonore, élégance et l’on imagine sans peine dans le dernier mouvement les pas de danse qui ont inspiré les accents musicaux. Jean-Marie Leclair jouait sur un Stradivarius qui a traversé les siècles et se retrouve aujourd’hui entre les mains du violoniste et chef d’orchestre italien Guido Rimonda !

Joseph Bologne, Chevalier de Saint-Georges (1745-1799), est l’une des figures les plus intéressantes parmi les violonistes du XVIIIe siècle. Né dans une plantation de la Martinique, fils d’un colon et d’une esclave africaine, ce jeune mulâtre débarque en France à l’adolescence et se forme à l’art de l’escrime et à la musique. À 28 ans, il joue ses propres concertos de violon d’une virtuosité à couper le souffle, puis devient directeur musical de plusieurs ensembles; il a notamment commandé à Haydn ses fameuses « Symphonies parisiennes » ! Comme bien des œuvres de cet éminent musicien, la Sonate no 3 extraite des Six Sonates pour deux violons est pleine d’esprit, de traits virtuoses qui jouent dans tous les registres de l’instrument et donnent l’illusion d’avoir sur scène plus que deux violons !

Reinhold Glière (1875-1956), ancré dans la grande tradition musicale russe, est un violoniste talentueux doublé d’un compositeur touche-à-tout : musique de chambre, symphonies, poèmes symphoniques et concertos, ballets ou opéras, il a marqué toutes les strates musicales de son temps tout en formant une relève plutôt remarquable (Prokofiev, Khatchaturian). Pleins de fougue et de mystère, les trois Duos pour violon présentés ici montrent des écritures variées, tantôt mélodiques, tantôt rythmiques, en homorythmie ou en jeu de question-réponse.

Fritz Kreisler (1875-1962) entre précocement au Conservatoire de Vienne, à sept ans, en ressort médaillé d’or puis obtient son premier prix de celui de Paris à douze ans. Sentant qu’il peut encore parfaire son éducation, il étudie les arts et la médecine puis retourne à son premier amour, le violon ! Il effectue sa première tournée aux États-Unis à 14 ans, un pays où il s’installera définitivement en 1939, après une carrière bien occupée entre l’Autriche, l’Allemagne et la France. Comme compositeur, il laisse surtout des pièces de salon, courtes pièces virtuoses qui restent dans la tête, parmi lesquelles les Alt-Wiener Tanzweisen, trois pièces pleines de grâce et d’expressivité sur le thème de l’amour.

Sergueï Prokofiev (1891-1953) est l’une des plus fines plumes musicales du XXe siècle. Il s’immisce dans tous les genres pour les enrichir de nouveaux chefs-d’œuvre ; et même lorsqu’il s’attèle à un duo de violons, il travaille la matière sonore à un point inégalé. Son génie de coloriste et de compositeur se manifeste dans chacun des mouvements de cette Sonate pour deux violons en do majeur, op. 56; après un premier mouvement méditatif, mais très expressif, arrive une partie qui porte sa signature, sorte de danse traditionnelle passée dans un moulin plein de tranchant et de vivacité. Comme une transition onirique, le troisième mouvement nous plonge brièvement dans une rêverie parsemée de passages à trois voix d’une sonorité très riche. Le quatrième mouvement, cinglant et grandiose, nous emporte par ses rythmes haletants, ses accents toujours plus insistants, son esprit dansant et son finale éclatant. Un véritable chef-d’œuvre où chaque seconde se déguste.

Chen Gang (né en 1935) et He Zhanhao (né en 1933) sont deux compositeurs chinois contemporains qui incorporent à leurs pièces des éléments de la tradition chinoise; Leur Concerto pour violon « Les Amants Papillons », cas peu fréquent de co-composition, en est un exemple particulièrement notable. On y retrouve, dans un cadre tonal et des couleurs majoritairement occidentales, de nombreuses incursions de mélodies traditionnelles ou d’éléments de langage chinois. Duo Vivo s’est donné pour mission d’arranger ce concert pour deux violons, tâche ardue, mais essentielle pour permettre la diffusion et la découverte d’un répertoire qui mérite toute notre attention.

Aleksey Igudesman (né en 1973) est connu du public pour son duo Igudesman & Joo, popularisant le répertoire classique à travers des performances mêlant humour, classique et culture pop et invitant dans leurs numéros les plus grands interprètes de notre temps. Il a également publié de nombreux duos de violons qui proposent une incursion dans les musiques klezmer, celtiques, latines ou encore asiatiques; Son Tango Sin Nombre, percutant et incisif, établit un dialogue mordant et complice entre les deux musiciens.

Helmut Lipsky (né en 1953), installé à Montréal depuis 1980, a développé au cours de sa carrière une palette de styles qui va de la tradition classique à l’improvisation jazz en passant par les musiques populaires et traditionnelles de nombreuses cultures. Compositeur polyvalent et pédagogue dévoué, il met son savoir au service de la complicité entre les deux violonistes dans sa pièce Fiesta !, dans laquelle la coopération est nécessaire pour bâtir un édifice syncopé à deux voix qui devrait à coup sûr faire se déhancher le public pour terminer cette soirée en beauté !

 

PARTENAIRE DE DIFFUSION

Violons amoureux

* Les JM Canada se réservent le droit de modifier le répertoire sans préavis.

 

Dates de concert

25 février 2024 à 11h00

| Français
14 mars 2024 à 19h00
Salle Joseph-Rouleau Montréal (QC)

| Français
5 mai 2024 à 11h00
Maison Lachaîne Sainte-Thérèse (QC)

| Français
Brochures en ligne
  • Brochure salle Joseph-Rouleau 23-24
  • Brochure Jeune public 23-24
  • Ballades numériques 23-24